L’éclairage des neurosciences

Nous avons la capacité à transformer notre vécu professionnel, moins en dépendance de nos perceptions sensorielles et perturbations émotionnelles, plus dans l’intelligence émotionnelle, l’ouverture à l’autre et l’adaptation aux changements de notre environnement.

Notre cerveau a mis en place des mécanismes systématiques et sélectifs de réaction à notre environnement, adaptés aux menaces vitales anciennes, mais décalés par rapport aux situations actuelles.

Cette « conscience conceptuelle » ne perçoit qu’une infime partie des informations sensorielles qui arrivent au cerveau. Nos expériences sont très partielles. De plus, ce que nous percevons conceptuellement apparaît comme permanent et peut donc devenir obsessionnel, facteur de stress et de souffrances.

Avant

Un enfant qui met la main dans le feu en comprend immédiatement les conséquences. Naturellement, il ne réitérera pas ce geste. De la même façon, nos méditations permettent une compréhension par l’expérience d’où résulte un changement rapide de comportement.

Par ailleurs, la méditation, en tant qu’entraînement, procède d’un effort motivé, volontaire et méthodique, ce qui est rarement le cas dans nos activités professionnelles. Tout processus d’habituation volontaire induit des réorganisations fonctionnelles et structurelles importantes dans le cerveau. L’attention, l’engagement, l’ouverture, la bienveillance deviennent de plus en plus naturelles, sans effort.

Apres