Acoa et les neurosciences

« Je n’avais, pour ma part, aucune expérience en terme de méditation lorsque j’ai participé aux stages. Mais j’ai perçu une très grande congruence entre ces méthodes millénaires et les neurosciences, compte tenu de l’ensemble des méthodes de mon background cognitif. »

Annick Vallet-Brattières, SAFRAN

 

Notre cerveau a mis en place des mécanismes systématiques et sélectifs de réaction à notre environnement, adaptés aux menaces vitales anciennes, mais décalés par rapport aux situations actuelles.

Cette « conscience conceptuelle » ne perçoit qu’une infime partie des informations sensorielles qui arrivent au cerveau. Nos expériences sont très partielles. De plus, ce que nous percevons conceptuellement apparaît comme stable, permanent,  et peut donc devenir obsessionnel, facteur de stress et de souffrances.

Avant

Les pratiques non conceptuelles vont nous amener à réaliser la nature des choses, instable, non permanente. Les perceptions changeant, les compréhensions profondes changent et avec eux les comportements.

La neuroplasticité édicte que travailler de façon volontaire et répétée au niveau de la pensée supérieure transforme les circuits, les structures et les fonctionnements du cerveau. Nous avons la possibilité de nous transformer de façon rapide en répétant des expériences de façon volontaire. A l’instar de l’enfant qui met la main dans le feu, se brûle et ne réitère pas l’expérience, l’individu qui intègre les compréhensions liées à ces pratiques change ses habitudes.

Aucune théorie n’est nécessaire à ce chemin, juste les moyens d’accès à des expériences. La transmission est de ce fait universelle et ne suppose aucune croyance ou absence de croyance. La pratique infuse de la vie et de l’intelligence dans nos systèmes philosophiques propres. La référence aux neurosciences, permet toutefois une adhésion objective, et un ancrage intellectuel post expérience.

 

Apres

 

La question est du sens de cette transformation. Dans nos vies ordinaires, nous avons beaucoup de doutes et de confusion. Notre objectif dans la vie n’est pas clair. Sans orientation claire nous nous perdons dans la confusion, les préoccupations, les pensées. Beaucoup d’insatisfaction. Nous sommes pris dans des systèmes, avec différents types de croyances, de dogmes et de rituels, y compris laïcs. Il faut a minima clarifier une première orientation. Nous proposons successivement de développer l’attention , d’agir en pleine présence, d’être sur une base d’ ouverture à l’expérience  et à l’autre, de bienveillance, d’être dans le flow avec justesse, dans la décision et dans l’action. Progressivement l’intégration de la sagesse, de façon formelle ou dans l’action, transforme. La compréhension des bénéfices de ces changements clarifie et augmente la motivation et donc l’engagement dans le développement de cette sagesse