Exercices de sagesse

Exercice d’attention

Faites cet exercice avec un jus de fruit, du chocolat, ou autre aliment apprécié pour percevoir en quoi l’attention ou à une richesse d’expérience et libère .

Portez une gorgée ou un morceau à la bouche.

Fermez les yeux.

Portez une simple attention aux perceptions gustatives, en chaque point où cela a du sens, et ce comme dans le scan corporel, sans considération intellectuelle, sensation plaisante ou déplaisante et intention égotique.

Sur cette base d’attention, l’impermanence des perceptions se révèle, le fait qu’il n’y ait en aucun point la moindre durée associable à l’expérience, comme un fourmillement de perceptions.

Si vous ressentez l’aspiration à prendre une autre gorgée ou un autre morceau, faîtes-le.

Après quoi, constatez que :

  • l’expérience est plus riche d’informations, le contentement qui en résulte est source de grande satisfaction.
  • les expériences sensorielles autres (sons par exemple) croissent et ce de façon similaire à ce que l’on expérimente pour le scan corporel
  • vous sortez de l’automatisme de la deuxième bouchée. Rappelez-vous par exemple de votre consommation de chocolat sur une base de dépendance addictive !

Refaites l’expérience avec un aliment croquant, en portant attention à la fois aux expériences gustatives et aux expériences sonores. Que découvrez-vous ?

Exercice de retour à l’ouverture

Il n’est pas  possible de vous faire accéder à l’ouverture développée durant le 2ème stage, cet exercice simple vise à la compréhension que toute ouverture peut être restaurée.

Positionnez vos mains paume contre paume devant vous, dans un geste comparable à celui de la prière. Posez votre attention sur elles. Puis, en conservant l’attention simultanée aux deux mains, séparez-les en les amenant vers les côtés, horizontalement, en restant en contact visuel avec les deux simultanément. Ce geste d’ouverture vous amène à un état d’ouverture des sens, dénué de focalisation.

Exercice de décision en ouverture

Peut-être connaissez-vous cet exercice, mais il s’agit ici de changer les modalités de traitement du problème posé :

« Vous êtes sur la rive d’un fleuve et devez passer sur l’autre rive avec une barque. La traversée doit se faire avec une chèvre, un loup et un chou. Vous êtes le seul à pouvoir naviguer avec la barque, et comme elle est petite, vous devez être dans la barque avec au plus quelque chose d’autre. Si vous n’êtes pas avec eux le loup mange la chèvre, la chèvre mange le chou.

La question est de savoir comment faire traverser tout, sans perte bien sûr.”

Intégrer chaque élément du problème, sur une base d’ouverture, sans aucune intention égotique (faites l’exercice de l’attention portée à l’ouverture des mains avant) :

  • Je suis nécessairement dans la barque lors des traversées
  • Je ne peux pas laisser le loup et la chèvre sur une rive ou l’autre
  • Je ne peux pas laisser la chèvre et le chou sur une rive ou l’autre

Générer une douce aspiration non égotique à résoudre le problème.

Laisser le problème se résoudre, sans aucun effort.

Justifier de façon rationnelle le choix qui est apparu toujours sur une base d’ouverture non égotique.

Cet exercice n’est pas simple du fait de la difficulté d’une transcription écrite. J’espère toutefois qu’il vous a permis de voir la puissance de votre logiciel non égotique, et de prendre confiance en cette capacité. Il est donc intéressant de refaire cet exercice pour vos décisions.