Comment mieux gérer son stress

 Dès que l’on est pris par une émotion ou un stress, la perception se déforme et la raison se déconnecte.

Dans le cadre professionnel, les conséquences des tensions nerveuses et du stress sont nombreuses : augmentation de l’absentéisme et du turnover, accidents du travail, baisse de la productivité et de la qualité, dégradation de l’ambiance et de l’image de l’entreprise. C’est pourquoi certaines entreprises prennent des initiatives afin de limiter la pression perçue par l’individu au travail. Mais du chemin reste à parcourir dans ce sens, tant au niveau collectif qu’individuel.

Quand nous subissons une série d’événements stressants, nous maintenons un niveau élevé d’alerte sans repos. Sur une longue période, cela peut nous épuiser complètement. Une situation chronique de stress provoque une telle dérégulation qu’un fort niveau d’activation se produit pour un très petit stimulus. Les cellules du système nerveux autonome deviennent hyperactives et répondent à de très légères provocations. Des déséquilibres apparaissent au niveau corporel.

Le stress n’est pas mauvais en soi,

Certains considèrent même qu’il est essentiel à la santé, mais il est nécessaire d’en sortir vite, avant qu’il ne nous épuise  et nuise à notre santé. Alors que la gazelle se remet à brouter deux minutes après avoir été poursuivie par une lionne, chez l’être humain, l’état de stress se prolonge la plupart du temps, et engendre des dégradations, y compris corporelles. On parle de stress post traumatique, conséquence la plus grave d’un stress intense. Les symptômes incluent des rappels de l’événement traumatique, des cauchemars, des désordres nutritionnels, de l’anxiété, de la fatigue et le repli sur soi. Ceux qui souffrent de stress post traumatique ont une réaction hyperactive au stress, qui déclenche une excitation intense du système nerveux autonome en réponse à des situations ordinaires et bénignes.

 

L’Apport d’Académie Conscience et Action 

Dans les stages Acoa, sont transmis deux techniques :

  • « Il m’est arrivé de vivre des stress intenses très prégnants, très difficiles à gérer. L’esprit en rumination devient de plus en plus douloureux et on va jusqu’au médicament pour tenir à tout pris. Grâce à ce recul en sagesse, on sort du stress et de la rumination, on retrouve ce calme indispensable. J’ai été étonnée, bluffée par l’impact important de ces méthodes dans la durée. »Annick Thellier, retraitée de la Caisse d’Epargne

  • Une pour sortir immédiatement du stress : Nous apprenons par l’expérience à être simplement présent à la situation dès l’apparition du stress, en acceptant que « Je » n’ai pas de capacité à faire face. On sort des réactions égotiques, des perceptions fausses, et des réactions inadaptées, comme une position forte (« ils sont nuls »), faible (« je suis totalement inadapté ») ou la rumination (« il suffirait que… »). Les souffrances qui en résultent disparaissent à leur tour. Le calme est généré et il y a retour à la raison et capacité de réflexion et d’action en étant à nouveau en intelligence de la situation.
  • Une  pour désactiver chaque stress ancré dans notre système qui continue à impacter nos expériences. Cela consiste à revivre une situation de stress vécue, afin de la désamorcer. Une vraie pratique d’hygiène physique et mentale.